Aad Guray Nameh

 

Petit partage musical avec ce joli mantra découvert hier. Je le trouve très doux, très beau.

    

Aad Guray Nameh

Jugaad Guray Nameh

Sat Guray Nameh

Siri Guru Dayvay Nameh

 

Je profite de cette article pour promouvoir le tout premier album de Raimund Mauch et d’Alexandra Stockmeyer. Deux personnes avec qui j’ai eu le plaisir de participer à un atelier et deux soirées Voix, Chants et Mantras du monde.

kraft

 

Découvrez les Extraits de l’album et le CD en vente sur amazon.

Pour ceux et celles qui comprennent l’allemand, voici leur site internent : http://www.kraftderstimme.de

Raimund et Alexandra seront présents au Come Together Songfestival qui aura lieu du 19 au 22 juin à 80km de Berlin.

 

IMG_0422

 

A gauche, Raimund lors de l’atelier mantras à Bar-Le-Duc en janvier 2013. Ce que j’aime avec les mantras c’est qu’il n’y a pas besoin de parler la même langue pour chanter ensemble et se comprendre. D’ailleurs on y chante en toutes langues… français, anglais, allemand, africain, sanskrit, amérindien…..

 

Bonne écoute et à bientôt <3

 

 

 

 

Marche et réflexions

Bonsoir,

Comme prévu, je vous retrouve avec un petit compte rendu de ma dernière rando qui en fait, est une reconnaissance de la vraie rando qui y aura lieu en juin. Je ne vais pas trop m’attarder sur les lieux visités, ni mettre trop de photo, je réserve cela pour juin. D’autant qu’une amie va certainement m’accompagnait et ce serait dommage de tout lui dévoiler.

Je n’ai pas trop eu le temps de m’imprégner des lieux, puisque lorsqu’on fait une reconnaissance il faut rester un minimum concentré et puis le contexte ne se prêtait pas à ce genre de choses. Je ne vous cache pas que cela me frustre car ce n’est pas tous les jours que je vais dans ce genre d’endroit magique. Par contre, j’ai beaucoup réfléchi et ai pris du recul quant aux situations vécues durant cette randonnée. Et c’est de cela dont je souhaiterais vous parler aujourd’hui.

Le minimalisme en randonnée :

A chaque fois que je pars en randonnée sur plusieurs jours, j’ai peur de manquer. Manquer de provisions, de n’avoir pas pris les bons vêtements, d’avoir oublié mes produits et huiles essentielles en cas d’allergie ou de conjonctivite. De plus, le temps en montagne est imprévisible. La preuve, durant ces deux jours nous avons eu le droit à un temps gris, un ciel partiellement bleu, quelques beau rayons de soleil,  de la pluie, de la grêle et même de la neige au réveil. Du coup, je ne sais jamais quel vêtement emporter sans pour autant me surcharger.

Cette fois-ci, j’étais bien décidée à partir en mode minimalisme. Défi plutôt réussi, je n’ai manqué de rien malgré le peu que j’ai emporté. J’ai sélectionné les vêtements les plus pratiques, si bien que je n’ai même pas pris de rechange "au cas où", mise à part les chaussettes ^^ J’ai choisi chaque objet avec soin en évitant le "ça peut toujours servir" dont je suis adepte. C’est tellement bon de voyager léger !

IMG_6601Le cru :

Autre petit défi : manger le plus possible cru. La veille j’avais préparé des petites choses telles que des cookies crus, des crakers, une tartinade, des cuirs de légumes (immangeables :p ), un brownie vegan cuit et des boulettes de purée de pomme de terre. Avec cela, une bonne salade de légumes crus, des fruits et fruits secs  et un bon jus frais. Voilà donc ce que j’ai mangé durant deux jours au lieu du traditionnel sandwichs pain/fromage ou pain/pâté végétal. Autant vous dire que je ne me suis jamais autant régalée et rassasiée sans me sentir "lourde" au moment de reprendre la route.  Le repas du soir fut de la même composition et je n’ai pris qu’une tisane et un bon jus en guise de petit déjeuner.

L’effort, la souffrance, le dépassement de soi :

Je ne vous cache pas que ces randos sont toujours un peu une épreuve pour moi même si j’adore. J’adore les lieux, j’adore le fait de dormir dans un refuge, j’adore l’ambiance de groupe mais voilà, je me rends compte que ça reste trop "sportif" pour moi bien que ça fasse presque 20 ans que je pratique. J’ai commencé à l’âge de 8 ans et pendant longtemps, j’étais fière de me dépasser même si je souffrais (problèmes articulatoires dus à une luxation de la hanche + problèmes respiratoire et allergies). Je pensais que cela renforcerait ma santé fragile. Et puis il y a quelques années en découvrant une autre façon de penser et d’agir,  j’ai totalement changé d’état d’esprit. Je ne veux plus me faire souffrir inutilement mais écouter mon corps. Ne plus aller au-delà de mes limites car il arrive un moment où la marche ne devient plus un plaisir pour moi mais un calvaire à chaque pas car les douleurs se réveillent. A partir de ce moment là, je sens que je perds tous les bénéfices de la marche. Malheureusement, il faut bien continuer…. pour retourner à la voiture.

Désormais, je sens que j’ai besoin de quelque chose de plus doux, une sorte de marche consciente pour pouvoir pleinement ressentir les mouvements de mon corps, avec des pauses méditatives le temps de m’imprégner des lieux.

Je prévois de faire celle de juin soit l’ascension du Mont Ste-Odile car j’adore ce lieu et puis je suis tellement heureuse qu’une amie m’accompagne. Et même si une reconnaissance de rando est toujours plus fatigante qu’une rando en groupe (on se trompe, on cherche, on retourne, on fait des kms en plus) je pense définitivement refermer le chapitre des randonnées après celle de juin.

Pour terminer, quelques photos :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Dattes, chats, crusine et compagnie….

Les articles se font rares ces temps-ci pour la simple et bonne raison que j’ai beaucoup à faire et que je n’ai pas spécialement le courage l’envie d’écrire.

J’étais partie pour vous rédiger un article sur "le changement" et puis finalement, je le garde pour mon site pro car il me semble qu’il peut toucher un grand nombre. Et du coup, je ne sais même pas de quoi je vais vous parler présentement. Alors nous allons papoter de tout et de rien. Improvisation totale en espérant que cela ne se finisse pas par un gros délire… avec moi faut s’attendre à tout….

Commençons par quelque chose de drôle. Aujourd’hui, je me suis achetée un biberon. Ce week-end, je pars en rando sur deux jours. La première depuis que je suis au jus alors évidemment, je compte bien en emporter pour la route. Et comme je ne savais pas dans quoi le mettre, quelque chose qui soit agréable à boire et surtout pas de plastique ben j’ai acheté un biberon en verre et cela m’amuse beaucoup ^^

—- pause – je vais chercher un truc à manger —–

Re. Avec une datte medjool. C’est horrible ces trucs là ! Une fois que vous y goutez, vous en devenez accro ! Enfin… ce qui est horrible ce n’est pas d’en être accro mais c’est le fait que c’est super cher les medjool….  Du coup, c’est un rare plaisir que je me fais. Les deglet aussi sont bonnes mais beaucoup moins charnues et onctueuses que les medjool. Quant aux mazafati, je ne les ai encore jamais goutées mais elles me tentent bien aussi.

 

– re-pause – envie de manger des chips. Grignotage intensif cette nuit –

J’entends mon chat qui ronfle. Même lorsqu’il dort, il aime se faire remarquer. Parfois il miaule dans son sommeil. J’adore les chats. Je trouve que c’est un animal fascinant. Ce soir, je suis allée à une méditation en l’honneur de la pleine lune du bélier. Une jolie écaille de tortue s’est posée parmi nous. Tranquille, décontracte, observant les humains en train de méditer assis parterre à la lueur de la bougie.  Quelle réaction lorsque nous nous sommes mis à chanter le "OM" ! Des petits miaous de la part de la minette qui s’est joyeusement roulée sur le dos. Alors, j’ai imaginé Haziel à la place de cette jolie créature poilue et bien dodue…. Mon Haziel lui, il se serait frotté à tout le monde, émettant de grands miaous l’air de dire "allez, occupe toi de moi !". Puis il aurait renverser les bougies, sauter après les fleurs, tirer sur les cordelettes…. bref, vous imaginez le tableau.

Tiens en passant, savez-vous que les animaux viennent de passer du statut "d’objet" au statut "d’être vivant doué de sensibilité" ? Ca parait dingue quand même…. Bon, pas sûr que ça change grand chose dans l’immédiat mais c’est quand même un pas en avant.

Bon, je commence à fatiguer et demain j’ai une grosse journée cuisine & crusine. Je vais tenter les crukies de chez Antigone. Le seul souci c’est que je n’ai ni beurre de cacao, ni huile de coco, c’est ce qui permet de donner un peu de texture aux gâteaux. Alors nous verrons bien…. ;)

Je vais également refaire le meilleur des brownies grâce à cette recette Ô combien succulente ! Je vous la recommande ! Sans gluten, sans lait, sans beurre, sans oeufs et sans farine… on se demande bien ce qu’il y a dedans n’est-ce pas  ? De la fécule de maïs et de la poudre d’amande à la place de la farine, deux bananes écrasées remplaçant les oeufs, de la purée de cajou à la place du beurre… que des trucs sains et terriblement bons (mais qui n’empêche pas la crise de foie si on en mange de trop ^^).

1533865_776919875654484_1220978450691845679_nJe termine cet article en vous présentant ma première "Cruzza" inspirée par le chef Guillaume. Si vous vous demandez pourquoi il y a un trou au milieu c’est parce que la base est faîte avec des graines moulues (lin, sésame, tournesol), un oignon, des fibres de carottes, des herbes, des épices, un peu d’huile. Le tout passé au déshydrateur de forme ronde avec un trou au milieu, durant une douzaine d’heures.

La garniture est composée d’une tartinade de fibres de carottes mixées avec des graines de tournesol, du tahin (purée de sésame) des herbes et des épices. Et enfin, des petits légumes crus posés dessus tels que poivron, champignon, concombre, tomate, olive.  Une merveille !!

Bon allé, je vous laisse ! Je vous dis à la semaine prochaine. Je ferai certainement un petit compte rendu de ma rando :)

 

 

Cheveux au henné noir

Bonjour,

Comme je l’avais annoncé ultérieurement, j’écrirai de temps à autre des articles privés destinés avant tout à moi-même et à quelques personnes de mon entourage, ceci par besoin de m’exprimer sur des sujets très personnels. Donc ne vous étonnez pas si parfois certains articles ne sont pas accessibles.

Parlons aujourd’hui de cheveux et de henné. J’avais 15 ou 16 ans lorsque j’ai commencé à bidouiller mes cheveux avec du henné pour donner des reflets à mes cheveux. Je faisais des mèches de toutes les couleurs avec du henné blond, auburn, acajou, noir…  Etant brune, les couleurs n’étaient pas assez prononcées à mon gout alors j’ai eu la merveilleuse idée de me faire des mèches avec un décolorant du supermarché et de remettre du henné par dessus, sachant très bien les risques que je prenais. Résultats : des espèces de mèches oranges horriblement moches et des cheveux secs et abimés. Après diverses expériences peu concluantes, j’ai tout arrêté.

Depuis quelques mois l’idée de me colorer les cheveux en noir trotte dans ma tête. Je n’osais pas franchir le pas d’une part parce que le noir ne va pas à tout le monde et chez certaines personnes il durcit les traits, d’autre part je ne savais quelle coloration choisir, n’y connaissant strictement rien. Et puis je me suis laissée tentée de nouveau par le henné. Un soir, alors que je m’apprêtais à prendre les ciseaux pour couper mes longueurs abimées, j’ai finalement opté de toute urgence pour une commande chez Lush : masque réparateur H’Suan Wen HuaHenné noir et baume pour les pointes sèches De Mille Feux.

Le truc quand on se laisse pousser les cheveux est de résister aux terribles envies de se les couper. C’est rare mais ça m’arrive. Notamment lorsque je les trouve pas super en forme, secs et fourchus. Alors soit je fais un masque, soit je coupe les pointes fourchues unes à unes….

11 février 2014, 1ère coloration au henné noir :

Le henné de chez Lush est très agréable à utiliser. J’avais pu tester sur des mèches il y a quelques mois (merci Tys ;) ) et j’avais bien aimé la texture. Il ne coule pas par rapport au henné que j’utilisais avant.

Quelques images….

Le résultat n’est pas noir noir mais déjà plus foncé que ma couleur naturelle.

 

30 mars 2014, 2ème expérience au henné noir :

Le henné de Lush, c’est super mais ça revient cher quand on a des grands cheveux. 15 euros la barrette de 325 g soit 4,6 euros les 100g. J’ai donc acheté mon henné chez Henné d’ici et d’ailleurs, un site qui vend des produits de qualité et très abordables. 2.70 les 100g pour le henné du Rajasthan.

Comme il me restait deux carrés de henné de chez Lush, j’ai fait mon petit mélange :

Les deux carrés de henné noir de chez Lush + 70g environ de henné du Rajasthan + 100g de poudre d’indigo (pour la couleur noire) + deux cuillères à soupe de sidr qui aide à fixer la couleur.

Le henné doit être préparé la veille avec du jus de citron. Il forme une pâte assez collante et gluante très facile à appliquer. Après une nuit de repos je l’ai mélangé aux autres poudres.

3h d’application tout comme la dernière fois.

 

Le résultat n’est pas à la hauteur de mes attentes. Mes cheveux sont très foncés à l’ombre mais plus brun que noir et font des reflets trop clairs au soleil. J’ai mis trop de henné. La prochaine fois je ferai 1/4 de henné pour 3/4 d’indigo.

 

J’ai toujours eu du mal à garder de longs cheveux en bonne santé mais depuis que je mange beaucoup plus de cru, ils poussent plus vite et sont plus beaux. Seulement il me faudrait couper une bonne longueur pour qu’ils repartent de plus belle, mais j’ai pas envie. Du moins, pas maintenant. Donc pour limiter les dégâts je les entretiens avec des masques fait maison à l’huile ou masques réparateur de chez Lush, j’espace les shampooings (j’utilise actuellement Retour dans le droit chemin et Vive la Révolution en après-shampooing) et  et je m’apprête à adopter des coiffures dites "protectrices". La tresse ou le chignon permettent de les protéger des frottements avec les tissus notamment la nuit sur l’oreiller.

Petit mot sur les produits Lush : chers à l’achat mais qui durent longtemps, qui sentent merveilleusement bons et qui sont fait à base de produits naturels, notamment des fruits et légumes frais et bio et….. non testés sur les animaux ! De tous mes achats du quotidien, les produits Lush sont le petit luxe que je m’offre parce que j’adore cette marque. Et vu que je consomme très peu de produit, ce n’est pas cela qui va me ruiner :)

 

La suite dans quelques semaines ;)

 

Come together song

africain

Il est 4h30 du matin et je pète un cable ! Musique, danse et chant dans le salon (bon pas trop fort pour pas réveiller les voisins^^) Et Monsieur Hazou qui me regarde de ses grands yeux ronds en se disant "mais qu’est-ce qu’elle nous fait encore ?!" Je l’ai invité à danser mais il aime pas ça. Ce soir j’ai trouvé des mantras que l’on chante lors des soirées, des mantras bien rythmés en africain, en sanskrit, en anglais tirés des albums "Come together song"….  Je m’éclate !! :D

Je me remets seulement d’une belle phase de detox qui a duré une 10aine de jours. J’étais complètement amorphe au point de ne pas pouvoir tenir debout plus de deux heures. Du coup, ce fut dodo, canapé, et films en continu + fruits et jus. Nettoyage intensif dans le bidon….  Si vous vous souvenez de mon article "un détraqueur dans mon ventre" et bien cet épisode est la suite de mes aventures. Je vous explique brièvement ce qu’il s’est passé (désolée d’entrer dans les détails mais je pense que mon témoignage peut intéresser ceux qui sont en plein dans la régénération) : j’ai repris le bain dérivatif + les jus verts et le psyllium que je prends tous les jours. Ce beau mélange a fait le grand ménage dans mon corps, remettant des toxines en circulation notamment dans les intestins. J’ai commencé à avoir quelques douleurs au ventre, au niveau de l’intestin transversal. Ce n’était pas vraiment des douleurs mais un inconfort, comme si l’intestin était à vif. Puis la fatigue est arrivée avec d’autres symptômes comme des suées nocturnes, des douleurs à la tête. Les mêmes symptômes qui précèdent une grosse élimination. Ce n’est qu’après une bonne dose de psyllium et d’une série de lavements que j’ai pu évacuer ce morceau de plaque mucoide qui s’était détachée de la paroi de l’intestin. Ces "monstres" sont bourrés de toxines qui une fois remises en circulation doivent être rapidement évacuées.

Tout ce grand nettoyage se fait sur du long terme, il faut être patient mais qu’est-ce que ça vaut le coup !  Ce qui est assez étonnant c’est que durant cette semaine, j’ai peu mangé et je n’ai pas perdu de kilo. Mon corps assimile de mieux en mieux. Maintenant, il reste à voir ce que cela va donner au niveau des allergies printanières. Pour le moment, ça va.

C’est bien beau tout cela, mais avec cette semaine en mode "no life" j’ai pris beaucoup de retard dans mes choses à faire. Je ne sais plus par où commencer. J’ai entrepris un tas de projets qui sont longs à démarrer. Ca devrait aller mieux une fois que tout sera bien mis en place mais  en attendant je dois m’accrocher. J’avais lu dans un bouquin que celui qui crée son entreprise ne doit pas compter ses heures de boulot les premières années…. et bien je confirme lol

J’ai l’impression d’être dans une grosse période d’apprentissage intensive. Je suis mise à l’épreuve de tous les cotés. C’est très instructif et j’apprends à me dépasser, à sortir de ma zone de confort mais c’est aussi épuisant. Et puis comme si cela ne suffisait pas, mes capacités psychiques se développent. Je savais que cela devait arriver, on m’avait prévenu mais ce n’est pas évident à gérer. Cela passe pour le moment par le biais de rêves très curieux dont certains presque prémonitoires. C’est étrange. Je laisse faire les choses, je ne force rien. Adviendra ce qui adviendra… Samedi, je retourne pour la seconde fois à la bibliothèque de la SEP, la première fois on a fait quelques tests de médiumnité avec Marie Huvet. Moi qui assiste à des séances spirites depuis plusieurs années en tant que spectatrice, je me suis retrouvée cette fois-ci face au public à jouer le rôle du médium parmi d’autres personnes. C’est très bizarre…

La régénération, le travail, le développement des capacités psychiques…. tout cela a gérer en même temps. La régénération pour une meilleure santé, le travail pour sortir de la précarité et déménager et le développement des capacités psychiques pour…. pourquoi ? parce qu’il est peut-être temps de retrouver celle que je suis. Celle qui petite les voyait, celle qui discutait avec eux…..

En attendant, les mantras tournent en boucle…. que c’est bon ! J’ai invité les esprits à danser avec moi. C’est joyeux ça donne envie de danser encore et encore…. comme les petits gugus sur l’image, sauf que j’ai pas sorti le djembé bien que l’idée m’ait traversé l’esprit…hum…. nan nan faut pas abuser quand même…. :p

A bientôt…. Namasté… ;)

Grande et frustrée….

charlotte-grande-RJe fouine sur le net à la recherche de la jupe de mes rêves qui me hante depuis quelques jours. Lubie du moment : une longue jupe noire, style un peu gothique mais pas trop, ample mais pas trop, en coton et pourquoi pas en transparence et mais surtout qui ne fasse pas "asticot".  Après quelques recherches, je suis vite redescendue de mon petit nuage. Les modèles qui me plaisent vont rarement au delà de 90cm de hauteur, or moi il me faut au minimum 100 cm si je veux qu’elle frôle mes pieds. Où vais-je trouver ça, à un prix raisonnable ?!

Ce soir, je vais donc vous raconter brièvement la vie d’une nana qui mesure 1m80 et taille 36/38. Bof… on peut pas dire que ce soit un problème majeur…y’a pire. On s’y fait, on s’adapte mais c’est quand même chiant des fois… souvent même…

Côté fringue, c’est frustrant. On va me dire que j’ai de la chance d’avoir la taille mannequin bla-bla-bla… que je peux tout porter bla-bla-bla…. Ce qui est FAUX ! Enfin si, mais à moins d’avoir des tunes et d’aller en boutique (et encore…) ou de faire du sur mesure.

Le shopping, c’est ma hantise. Surtout l’hiver. Trouver un pantalon, un pull ou un manteau, c’est le parcours du combattant…. et c’est très frustrant. Heureusement, j’ai trouvé des combines. Pantalon trop court dans les bottes, ou bottines avec guêtres -> camouflage ni vu, ni connu. Mais quand arrivent les beaux jours, l’entre deux saisons… les bottes, ça le fait pas. Le slim légèrement trop court, ça passe sans trop faire genre "je vais aux fraises". Aussi, il y a le short sur un legging. Bon, ça fait un peu pattes de mouche… mais maintenant j’assume. Pas le choix de toute façon :D

Pour les hauts, toutes les choses bien coupées et ajustées du genre chemises, chemisiers, petites vestes…. alors là c’est carrément mission impossible. Manches trop courtes, hauteur de buste trop courte, taille qui n’est pas à sa place… et bien souvent, hanches trop larges. Pour les petits hauts bien ajustés, ça passe si les bretelles sont réglables.

En passant, savez-vous que certaines enseignes ont des miroirs amincissants dans leur cabine d’essayage ? Pour une personne qui est déjà suffisamment grande et mince, se voir dans un tel miroir, c’est juste flippant.

Sinon, il y a bien quelques boutiques pour "grandes" sur le net, mais qu’est-ce que c’est moche ! Oups… pardon, disons que c’est pas trop mon style quoi…. ^^

Le mieux, ce serait évidemment d’apprendre à coudre. Mais là encore, ça demande un peu plus de travail car il faut adapter le patron. Il ne suffit pas de rajouter 10 cm au bout des manches et à l’ourlet. Non, en général, il faut répartir ces centimètres sur toute la hauteur du vêtements afin que la taille et les pinces soient au bon endroit etc… J’ai connu cela quand j’ai commencé à tricoter mes propres pulls, il me fallait réajuster mes modèles, ce qui pour une débutante n’est pas simple.

Niveau chaussure, j’ai une chance inouïe avec mon petit 38/39 ! La plupart des nanas qui franchissent la barre des 1m80 ont ce problème en plus, à savoir trouver des chaussures au delà du 41, allant parfois jusqu’au 47 !!

 

Souvenir de ma rencontre avec Lilou Macé lors du congrès sur les NDE à Marseille

Quand tu mesures 1m80 tu peux pas passer inaperçu, c’est pas possible… et pourtant il y a des jours où tu aimerais bien. Mais non non, c’est pas possible je te dis ! A moins d’aller faire un tour en Hollande ou en Allemagne ou être en présence de Lilou Macé. Seuls endroits où je me sens "petite". (En passant… l’ourlet des manches de la veste que je porte a été redonné au maximum en plus de l’ajout d’un biais pour redonner quelques centimètres, merci maman)

Tu peux pas passer inaperçu parce qu’on te te dévisage du haut en bas, en s’arrêtant sur tes chaussures, pour vérifier si tu portes des talons…. (oué j’avoue moi aussi je fais ça dès que je rencontre une nana plus grande que moi ^^)

Ma dernière anecdote : J’entre dans une salle avec des mamies et des papis. Tous les yeux braqués sur moi. L’une d’entre elle qui murmure à son voisin "comme elle est grande !" Le voisin qui se lève, attend que je passe près de lui, regarde la mamie et s’exclame "oh elle est plus grande que moi !" et puis il se rassoit…. Mais euhhhhh !!!!! lol

T’as sans cesse droit aux mêmes remarques du style :

"Oh, tu as encore grandi ?!!" Oué euhh j’ai 27 ans quand même…. ça fait plus de 7 ans que je grandis plus…. -_-’

"Tu fais du basket ?" Bien sûr, je suis une grande sportive, ça se voit non ? ^^

"Tu devrais faire du mannequinat" Oué…. mais non.

"T’as mangé trop de soupe"….

Ce sont toujours les mêmes phrases qui reviennent…. à la longue, c’est pénible. Un jour, un monsieur a demandé à ma mère si elle m’avait nourrie au fertiligène, j’ai trouvé ça sympa, au moins ça sortait de l’ordinaire.

Quand tu es grande, souvent tu impressionnes alors que toi tu te sens toute petite à l’intérieur…. C’est souvent ce qui m’arrive lorsque je rencontre des personnes en vrai après avoir échangé longtemps sur internet. A chaque fois, la réaction est la même "Je savais pas que t’étais si grande !". Et ben si… lol

J’ai connu aussi le regard des envieuses et les jugements trop hâtifs, ma brève expérience dans le monde du travail nécessitant des collègues m’a marqué. Les nanas entre elles ne sont pas toujours tendres….

 

Dans le quotidien, il faut s’adapter en permanence même s’il y a bien pire que moi. Je pense à ceux qui frôlent ou dépassent les 2m, ça doit pas toujours être marrant, surtout pour le dos et les articulations. Voiture, moyen de transport, siège de cinéma…. pas facile de caser des jambes à rallonge sans avoir de crampe.

J’ai un lit de 2m, du moins un matelas parce que j’ai plus de lit ^^ Les meubles de la cuisine sont rehaussés et la table a viré au profit d’une planche posée sur des tréteaux ajustables. Il reste l’évier qui est trop bas. Une bassine au fond de l’évier permet de gagner quelques centimètres pour faire la vaisselle plus aisément.

Tout doit être choisi en fonction de la taille. La planche à repasser par exemple. Ils existent des modèles plus hauts que d’autres, mais plus cher évidemment.

Quand tu es "hors norme", tu payes plus cher. Ben oui, vu que c’est pas standard, qu’il y a moins de demande, l’objet est plus rare et donc le prix plus élevé. Il en est de même avec les outils pour gaucher. A oui, parce que je vous ai pas dit, je suis gauchère aussi… donc l’adaptation, ça me connait. D’ailleurs, je vous en parlerai dans un prochain article consacré au livre "L’éloge du gaucher".

Ce soir, en surfant sur le net, j’ai découvert le blog d’une nana d’1m84 : La grande blogueuse. Et j’ai vu qu’il y avait le "salon des grands" en octobre à Paris avec des exposants de fringues et des conseils sur le choix de ses vêtements.

Il existe aussi une association qui s’appelle Altitudes réservée aux femmes de plus d’1m80 et aux hommes de plus d’1m90 où chacun partage ses problèmes, son "handicap"(pour les plus grands d’entres eux) mais aussi ses astuces, ses découvertes.

J’ai mis plusieurs années à accepter ma grandeur au point que j’ai longtemps affirmer ne faire qu’1m78…. Avec les années qui passent c’est plus facile et finalement, on y trouve aussi des avantages ;)

 

logo_altitudes