La chapelle de Saint-Rouin

IMG_8007

Chacune de mes sorties, à pieds ou en voiture, est propice à la découverte. Ainsi, c’est au retour d’une sortie « courses » que je suis tombée par hasard sur l’ermitage de Saint-Rouin, en pleine forêt, du côté de l’Argonne dans le nord meusien.

J’adore les lieux de recueillement où règne le silence et j’aime encore plus lorsqu’ils se situent au coeur de la nature.

A gauche, l’ermitage. A droite, la fontaine. Un peu plus haut, un retable du 18ème siècle et enfin… un étrange bloc de béton sur pilotis.

Je suis généralement peu séduite par l’art moderne mais dans un tel contexte, c’est différent. L’architecture se fond dans la nature, imitant le bois. Je reste malgré tout sceptique sur l’intérieur redoutant une sensation de froideur.

Il n’en est rien du tout ! Mon ressenti est bon, très bon même. D’emblée je me déchausse pour apprécier davantage les sensations. Le sol est doux et frais. La soleil entre par les vitraux dessinant de superbes jeux de lumière. C’est sobre mais chaleureux.

Ce lieu insolite est une chapelle bâtie en 1956 par le Père Rayssiguier, disciple de Le Corbusier. Quand aux vitraux aux formes géométriques, ils ont été dessinés par une très jeune artiste japonaise de 8 ans, Kimié Bando.

Et pour le côté historique, je vous renvoie à cet article sur La légende de Saint-Rouin pour ceux que ça intéresse. Personnellement je m’attarde peu sur l’histoire d’un lieu, ceci pour laisser place à mon ressenti dans le moment présent.

J’y reviendrai certainement avec Igor pour faire de jolies photos. En attendant, voici quelques clichés pris avec l’I-phone.

A bientôt ! ☀️